Succès Info Attention Erreur

Citation de Rudolf Dreikurs : «Nous ne pouvons pas protéger nos enfants de la vie. Par conséquent, il est essentiel de les y préparer.»
Discipline Positive — 18 Nov 2021

Pourquoi la Discipline Positive (DP)?

Pourquoi je me suis laissé séduire ?

« Pour des enfants qui croient en eux ». Voilà ce qui me motive au quotidien. Je te propose donc un article un peu différent pour que tu comprennes un peu mieux qui je suis et ce qui m’anime. J’ai plusieurs casquettes et je suis Facilitatrice en Discipline Positive. J’ai envie de t’en parler un peu plus.
Je vais te raconter « mon histoire avec la DP » et t’expliquer notre « rencontre » et pourquoi j’ai été séduite. C’est une histoire qui commence mais elle a tout pour durer dans le temps, nous partageons de belles valeurs, de belles ambitions qui ont pour objectif principal « des enfants qui croient en eux ».

Notre monde évolue

J’entends souvent mes collègues, les parents, soupirer, en disant qu’avant ce n’était pas comme ça, qu’au fur et à mesure des années, les enfants écoutent de moins en moins, qu’on a fabriqué une génération d’enfants rois, que les enfants ne respectent plus rien… et autres phrases du genre.

On peut regretter ce qui n’est plus… mais, on peut aussi se dire que les temps changent, le monde évolue, les mentalités et les pratiques aussi.
La question à se poser, à mon sens pour bien fonctionner, ce n’est pas de savoir si c’était mieux avant, mais comment je m’adapte pour bien fonctionner maintenant, parce que la nostalgie du passé n’aide en rien dans le présent.

Alors oui… ça demande de se renouveler, de ne pas rester sur ses acquis et de se défaire de ses anciens schémas de pensées. Reproduire aujourd’hui ce qu’ont fait nos parents et nos grands-parents, avouez que ça n’a pas vraiment de sens. Il y a certes des choses qui donnaient de bons résultats mais tout évolue, l’éducation ne devrait pas rester à la traîne et Dieu sait qu’on a du boulot à ce niveau. La prof que je suis en connait un rayon.

Je me permets de te proposer cette illustration qui circule sur le net, dont j’ignore la source et si jamais son propriétaire passe par là, je me ferai un plaisir de l’identifier tellement son illustration est forte de sens et réussie.

L'arrière grand-père dit au grand-père que c'est un idiot qui dit au père que c'est un incapable. Le père arrête la chaîne en disant simplement «je t'aime» à son fils.

Elle résume assez bien mon propos et aussi le propos de la Discipline Positive. On peut aujourd’hui s’adapter et proposer aux enfants, et aux élèves, une éducation en phase avec le monde actuel. Ce monde est en constante évolution, il est donc important de pouvoir leur transmettre ce qui leur permettra à eux aussi d’évoluer et de faire face à ce qui les attend. Tout évolue si vite, qui peut vraiment prédire les couleurs du monde de demain ? Il n’y a qu’à voir notre contexte actuel… Savoir s’adapter, être résilient est une qualité que nous devrions tous cultiver pour nous même et aussi pour nos enfants.

Alors peut-être, qu’avant, les enfants écoutaient sans jamais oser redire quoi que ce soit, mais peut être aussi que les parents étaient beaucoup plus autoritaires et que les enfants n’avaient pas leur mot à dire et encore moins la possibilité de contribuer ou de d’exprimer leurs émotions.

Une méthode éducative

La Discipline Positive est une méthode pour les parents, les enseignants ou pour toute les personnent qui s’occupent des enfants (oncle, tante, nounou, grand-mère, éducateur), soit beaucoup d’entre nous.
Les principes de la DP, enseignent comment éduquer et accompagner les enfants vers l’âge adulte avec fermeté et bienveillance. C’est une méthode ni permissive, ni punitive qui s’appuie sur l’encouragement, dans le respect du monde de l’enfant et de celui de l’adulte. Cette méthode a pour but de faire des enfants, demain, des adultes autonomes, responsables et épanouis. Cela peut sembler ambitieux mais n’est-ce pas là ce à quoi aspirent tous les parents ?

Alors oui… Ne soyons pas non plus utopistes ! Il ne s’agit pas de promettre un monde sans embuches et des personnes sans bobos, sans choses à régler avec elles-mêmes, mais ça donne une base de départ bien meilleure que si on se contente d’avancer à l’aveugle.
Plutôt que de se contenter du mode instinctif, fait de ce que l’on croit juste, de ce que l’on nous a transmis et de ce que l’on peut faire, du mieux qu’on peut en étant qui on est, si on apprenait quelques outils fiables et efficaces ?

Loin de moi l’idée de dire qu’un parent devrait absolument faire d’une manière et pas d’une autre. Faire de son mieux c’est déjà beaucoup mais je pense sincèrement que plutôt que de fonctionner purement au feeling ou à l’instinct, rajouter un peu de « méthodologie », adopter quelques principes testés et approuvés est une bonne chose.

Amour à première vue

Lorsque j’ai découvert la Discipline Positive ça a été comme une évidence.
Un peu comme un coup de foudre.
Pourquoi ? Ça résonnait tellement fort en moi !
Je trouvais mis en mots par des experts ce que je faisais depuis des années avec mes élèves.
J’ai toujours pensé qu’il fallait un cadre, des limites mais sans punitions.
Je sais depuis des années que la punition est un nuage de fumée. Elle donne la sensation d’être efficace parce qu’elle permet de mettre un terme au comportement non adapté sur le moment mais elle n’apprend rien à l’enfant. Alors on se contente parfois de ce répit immédiat qu’elle apporte.
Chaque fois que je lève la voix, que je me fâche ou que je punis je me dis que j’ai perdu ! Je n’ai pas réussi à trouver une solution de coopération ou une solution qui implique l’élève dans la recherche d’une solution acceptable pour les deux parties. Je ne suis pas du tout satisfaite de moi-même. J’ai conscience, cependant, que je suis un être humain et que ces moments-là sont normaux. Je ne suis pas une machine dénuée d’émotions et aucune méthode, aucun outil ne peut donner des résultats optimaux en tout temps.

Au cours de mes 20 ans d’enseignement je ne peux pas dire que j’ai réussi à 100% du temps mais j’ai quand même fonctionné avec fermeté et bienveillance et j’ai réussi à ne donner de l’importance qu’à ce qui avait du sens, selon moi, pour faire avancer les élèves. Je ne me suis pas concentrée sur ce que mes collègues pouvaient penser comme OK ou les directives du système éducatif en termes de gestion de l’humain. Je pense qu’il faudrait de vrais changements dans le système éducatif français et dans la formation des enseignants et encadrants. Je sais que toi aussi tu sais que, dès que l’on fait un peu différemment, on se retrouve confronté au regard des autres qui eux pensent aussi savoir comment on doit faire. Il n’y a pas 36 questions à se poser :

  • Est-ce efficace pour moi ?
  • Oui !
  • Est-ce qu’ils savent ce qui est bon pour moi, savent-ils comment je vis ? Probablement pas !
  • En quoi sont-ils « experts » en la matière ?
  • Leur ai-je demandé leur avis ?

Faire abstraction du regard des autres est un axe de travail pour beaucoup d’entre nous. Et lorsqu’un parent décide de faire évoluer sa façon d’éduquer ses enfants, il se retrouvera forcément face à l’avis des autres, même s’il ne l’a pas sollicité.

Des outils pour les parents

Mes années de formation en développement personnel m’ont donné de nombreuses et solides clés de compréhension des enfants.
J’ai toujours eu cette envie de donner des clés aux parents et je savais que formaliser de façon simple, efficace et facilement appréhendable ce que j’ai mis en place tout au long de ces années pouvait être une aventure sur du plus ou moins long terme et au fond de moi j’ai senti que le moment pour commencer c’est maintenant et j’ai fait… « la rencontre ».
J’ai aimé la Discipline Positive, cette approche sans jugements, sans culpabilisation.
Oui parce qu’en tant qu’adulte responsable d’enfants on se flagelle bien suffisamment quand on ne se pense pas à la hauteur.
La DP est un moyen pertinent de mettre dans son champ de conscience qu’on passe notre temps à réagir plutôt qu’à agir, qu’on voit l’enfant en face de nous comme l’enfant qu’on aimerait qu’il soit et non pas comme l’enfant qu’il est, qu’on fait sans méthode et qu’on fait toujours la même chose en espérant obtenir un résultat différent.
Et j’aime aussi son côté souple. Il n’y a pas de petit a, de petit b et si on rate une étape tout est fichu.
On peut se concentrer sur un outil à la fois et apprécier les changements.

Les parents grandissent avec leur enfant et l’encouragement est au centre de la méthode et cette phrase est à graver dans le marbre :

« Un enfant qui se comporte de façon inadaptée est un enfant découragé »

Et cela est vrai pour nous aussi adulte ! Quand on crie, on punit, on est aussi découragé par nos propres attentes, par le comportement de l’enfant, par notre absence de solutions.
Et là s’offre à nous, parents et enseignants, une possibilité de co-construction de l’éducation. On peut construire ensemble dans le respect de chacun le cadre dans lequel on va évoluer.
Oui le cadre ! Il ne s’agit pas de devenir un parent laxiste et de créer des enfants rois.
Cette peur… tenace ! : « Oui mais chacun sa place ! L’adulte doit être supérieur à l’enfant, ce n’est tout de même pas à lui de tout décider et de faire ce que bon lui semble ! »
Je crois que le jour où les adultes auront intégré que ce n’est pas une lutte de pouvoir, ce n’est pas moi contre mon enfant, mais mon enfant et moi , nous aurons déjà fait un grand pas !

Une petite fille souflant pour faire des bulles avec son père

Dans ta vie de tous les jours tu le vois bien on fonctionne mieux quand on est en confiance pour avancer ensemble, pas quand un essaie d’imposer son pouvoir sur l’autre.
J’ai plusieurs cordes à mon arc, je ne me résume pas à la Discipline Positive, mais je trouve que c’est une belle entrée en matière.

La Discipline Positive à la Réunion

Je ne sais pas cher lecteur depuis quel endroit de la planète tu lis cet article, pour ma part je suis originaire de l’île de la Réunion et c’est là que je vis. Mais force est de reconnaître ce super avantage que nous offre internet, ça permet d’abolir les frontières.
Si toi aussi tu vis à la Réunion, je sais que la DP n’est pas connue sur notre île, si ce n’est le (s) livre (s) sur le sujet.
Je suis la deuxième facilitatrice de Discipline Positive de parents formée et je ne sais même pas si des ateliers de parents ont été organisés sur l’ile.
Alors j’ai tout à construire, tout à faire découvrir, c’est un joli challenge personnel mais c’est surtout une occasion en or de contribuer à ce qui me tient le plus à cœur : aider à ce que les enfants croient en eux. Et croire en soi, cela s’apprend, se transmet.

J’ai l’occasion de tester tous ces beaux outils chez moi avec mon amoureux et mon beau-fils. Je transmets au père qui lui met en pratique avec son fils.
Il a 12 ans donc en plein début d’adolescence et la bonne nouvelle c’est que c’est adapté à tous les enfants.
Il est évident que les outils, les mots utilisés seront adaptés selon l’âge de l’enfant mais les fondements seront les mêmes.
Je le formalise aussi dans ma classe, parce que c’est juste extraordinaire avec les élèves.

Mais d’oú vient la DP ?

Je ne vais pas dans cet article te faire tout l’historique de la DP et te mentionner tous ses bienfaits, je le réserve pour le prochain article.
Mais en quelques mots, dans les années 80, Le docteur Jane NELSEN s’appuie sur la théorie des Dr. ADLER et Dr. DREIKURS pour développer un programme autour de l’enseignement et l’éducation par l’encouragement. Elle publie en 1987 la première version du livre LA DISCIPLINE POSITIVE®.

Couverture du livre «La Discipline Positive» de Jane Nelsen

En 1988, elle s’associe avec Lynn LOTT, alors fondatrice d’un centre d’éducation pour la famille, pour rédiger le livre repris sous le titre LA DISCIPLINE POSITIVE pour les adolescents. La DISCIPLINE POSITIVE n’a plus besoin de faire ses preuves.

La Dsicipline Positive en 5 critères

Pour qu’elle soit efficace et fonctionne, il faut :

  1. 1- Qu’elle soit ferme et bienveillante,
  2. 2- Qu’elle développe le sentiment d’appartenance,
  3. 3- Qu’elle soit bénéfique sur le long terme (ce qui n’est pas le cas de la punition par exemple),
  4. 4- Qu’elle enseigne des compétences sociales telles que la coopération, la responsabilisation et le respect,
  5. 5- Qu’elle développe la confiance en soi et le sentiment d'être capable.

En conclusion

Je crois que nous avons encore du chemin pour changer nos mentalités, nos croyances et nos façons de faire, que ce soit à l’école ou à la maison.
Plutôt qu’attendre les bras croisés que cela arrive je veux contribuer à ma façon et je continue à t’en parler bientôt.
J’espère que tu me suivras dans cette aventure que ce soit en silence, en me laissant un commentaire ici ou sur mes réseaux sociaux, en partageant cet article et les autres ou encore , en t’inscrivant à un de mes ateliers.

Prenez soin de vous, prenez soin d’eux.

Partager -

Commentaires

    Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article.

    Vous devez être connecté pour ajouter un message ou pour répondre.

Logo Always au Top

Être parent est le plus beau métier du monde mais loin d'être le plus facile. Eduquer des enfants est une merveilleuse aventure remplie de challenges. Always au Top accompagne les parents dans cette aventure.

En savoir plus
Avatar d'Emmanuelle Gonthier

Emmanuelle Gonthier

Enseignante Coach

Je suis Emmanuelle Gonthier, professeur des écoles pendant 13 ans et professeur d'espagnol depuis 8 ans. Je suis coach certifiée, maître praticien PNL et facilitatrice de parents en ®Discipline Positive.

Mieux me connaître